UFC-QUE CHOISIR DE LA SARTHE

Tarifs

Offres lauréates « Energie moins chère ensemble » : du jamais vu !

Communiqué de presse UFC-Que Choisir du 22/09/2016

Forte du rassemblement de plus de 270 000 consommateurs sur le site choisirensemble.fr, l’UFC-Que Choisir se félicite du résultat des enchères inversées gaz et électricité qui se sont déroulées ce jour, sous contrôle d’un huissier de justice. Les enchères ont ainsi abouti à l’émergence de 2 offres lauréates extrêmement attractives.

Electricité : LAMPIRIS lauréat : 23% d’économies sur le tarif réglementé du kWH (HT) de l’électricité de septembre 2016

A l’issue de la compétition entre les fournisseurs participants, LAMPIRIS remporte le lot «Electricité» avec une offre extrêmement attractive et inédite : 23% d’économies sur le tarif réglementé du kWH (HT) d’électricité. Cette offre est de loin la meilleure offre du marché. Cette économie vaut pour toutes les puissances à partir de 6kVA. Concrètement, pour un abonné au tarif réglementé de l’électricité, consommant 3 200kWh (6kVA), l’économie annuelle (HT) s’élève à 67 euros. Et pour un ménage chauffé à l’électricité (consommation : 7 600 kWH, 9kVA), l’économie annuelle (HT) s’élève à pas moins de 156 euros.

Gaz : LAMPIRIS lauréat : 17% d’économies sur le tarif réglementé du kWH (HT) du gaz de septembre 2016

Après une série d’enchères inversées, LAMPIRIS se retrouve également lauréat avec une offre très compétitive : pas moins de 17% d’économies par rapport au tarif réglementé du kWh (HT) du gaz.  Concrètement, pour un abonné au tarif réglementé, consommant 20 000kWH en zone 1, l’économie annuelle (HT) s’élève à 118 euros (1).

Pour un consommateur chauffé au gaz, et inscrit pour les deux énergies, l’économie annuelle dépassera en toute logique les 200 euros.

L’UFC-Que Choisir est heureuse qu’une telle mobilisation des consommateurs ait clairement constitué un pouvoir de marché faisant significativement baisser les prix. L’association félicite également le fournisseur lauréat et tient à saluer les autres fournisseurs participants qui ont accepté de jouer le jeu de la concurrence au service des consommateurs en retournant le cahier des charges signé, et en participant activement, pour plusieurs d’entre eux, aux enchères inversées.

Des prix attractifs doublés d’une sécurité juridique renforcée

Outre l’intérêt financier, les offres «Energie Moins Chère Ensemble » comportent un contrat sûr, avec des conditions contractuelles imposées aux fournisseurs par l’association, avec notamment la possible facturation  bimestrielle sur auto-relève pour permettre une facturation sur la base de sa consommation réelle et non sur une base estimée, le paiement du seul montant non contesté en cas de litiges sur la facture…. Ces quelques exemples, comme l’accompagnement des souscripteurs par l’UFC-Que Choisir en cas d’éventuelles réclamations, soulignent la volonté de l’association de combiner intérêt financier et sécurité juridique.

Sur la base des offres lauréates, chaque inscrit recevra, à compter du 10 octobre, une offre personnalisée au vu de son profil de consommation qu’il sera libre d’accepter ou non. Cette phase de conversion court jusqu’au 30 novembre 2016.

En cas de souscription, est due une participation aux frais d’organisation d’un montant forfaitaire de 10 euros TTC pour une énergie (réduit à 5 euros TTC pour les abonnés et les adhérents) et 14 euros TTC pour deux énergies (réduit à 8 euros TTC pour les abonnés et les adhérents) pour couvrir les coûts engagés par l’association.

NOTES
 (1) En comparant le tarif fixe de l’offre « Energie moins chère ensemble », avec le tarif réglementé de septembre 2016 (tarif règlementé qui évolue tous les mois).

22 septembre 2016

Tarifs de l’électricité / Lampiris relance la concurrence

Une bonne nouvelle dans notre comparateur énergie ce mois-ci. Le marché de l’électricité s’enrichit d’une nouvelle offre très concurrentielle. Déjà bien connu pour avoir boosté la concurrence en gaz, Lampiris récidive, cette fois sur le prix du kWh électrique.

-12 % sur le prix du kWh électrique avec un prix de l’abonnement identique à celui du tarif réglementé, c’est la nouvelle offre du fournisseur Lampiris sur le marché de l’électricité. Il nous avait habitués à être le plus compétitif sur les prix du gaz, ce qui lui a valu de remporter l’appel d’offres des deux campagnes « Gaz moins cher ensemble » organisées par l’UFC-Que Choisir en 2013 et 2014.

Lire la suite sur quechoisir.org

8 avril 2016

Prix du gaz : il baisse encore

C’est du jamais vu, le prix du gaz continue à baisser en hiver. Pour les particuliers qui se chauffent au gaz en tarif réglementé, c’est à nouveau – 2 % depuis le 1er janvier malgré la hausse de la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN).

Depuis que sa formule de calcul a été révisée courant 2013, le tarif réglementé du gaz est globalement orienté à la baisse, avec néanmoins quelques soubresauts à la hausse pendant les mois d’hiver. Ce fut le cas ces deux dernières années, mais tout a changé cet automne. La hausse de la demande provoquée par la remise en route des systèmes de chauffage n’a eu aucun impact sur les prix, le tarif réglementé reste obstinément orienté à la baisse, c’est une excellente nouvelle pour les consommateurs.

Lire la suite sur quechoisir.org

Source site Que Choisir – 8 janvier 2016

10 janvier 2016

Abonnés du SIDERM région mancelle, voici vos étrennes et attention à votre portefeuille !

En 2013 vos tarifs de l’eau ont augmenté de 5 %. En 2014 pareil donc 5 %. En 2015 encore 3 %. Et pour 2016 dès le 1er janvier toujours une augmentation de près de 6 % ! Soit 20 % sur 4 ans !

Pour mémoire, l’inflation est nulle sur un an à ce jour, et d’à peine 3,5% sur 4 ans !

C’est ce que l’on nous a annoncé lors de la Commission Consultative des Services Publiques du Siderm le 8 décembre. Bien sûr comme, les années précédentes, nous avons dit « non » à cette augmentation. Mais c’est une commission consultative…et seule l’UFC-Que Choisir était présente, en dehors des élus qui ont voté pour cette augmentation.

Et ce n’est pas tout ! Cette dernière augmentation porte sur 2 facteurs : l’abonnement et le prix de l’eau pour respectivement +16,7 % sur l’abonnement et +2,55 % sur le m3 d’eau. Autrement dit, plus vous économiserez l’eau et plus vous la payerez relativement chère ! Ce seront les petits consommateurs qui feront le plus les frais de cette grosse augmentation…

Notre demande, de UFC-Que Choisir, régulièrement répétée, pour que les 1er m3 (ceux indispensables à la vie) soient gratuits (ou presque) est loin d’être entendue à défaut d’être prise en compte ! C’est le contraire qui est décidé par le SIDERM !

Divers arguments sont avancés pour justifier cette augmentation : changement des branchements « plomb », remplacement des compteurs, mise en place de la télérelève, renouvellement des réseaux datant des années 1950. Mais pourquoi les petits consommateurs en porteraient-ils le plus grand poids ?

Abonnés, réagissez avec nous. N’hésitez pas à interpeller le SIDERM et/ou à nous envoyer votre avis.

                                                                                                                             Alain André, commission environnement

4 janvier 2016

Électricité : choisir son fournisseur d’électricité

Les consommateurs peuvent changer de fournisseur d’électricité, quitter EDF et son tarif réglementé, depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en 2007. Mais il n’y a pas d’hémorragie : 90 % des usagers sont toujours clients d’EDF au tarif réglementé. Pour ceux qui s’interrogent sur la pertinence de ce changement, voici tous les éléments à connaître et les points à vérifier avant de souscrire une offre en prix de marché.

Lire la suite sur quechoisir.org

Source Que Choisir 

29 décembre 2015

Mutuelles santé : l’UFC-Que Choisir lance son comparateur indépendant d’assurances santé

Alors que les consommateurs sont assaillis de publicités sur les mutuelles santé, à l’approche de la généralisation de la complémentaire santé d’entreprise au 1er janvier 2016 et au moment où l’on rentre dans la période de résiliation annuelle, l’UFC-Que Choisir, soucieuse d’aider les usagers à s’orienter sur ce marché, souvent nébuleux, lance aujourd’hui son comparateur indépendant d’assurances complémentaire santé, qui recense plus de 100 contrats.

Lire la suite sur quechoisir.org

Alors que la période de résiliation des assurances santé s’est ouverte (jusqu’au 31 octobre pour la majorité des assurés), l’UFC-Que Choisir, décidée à aider à la régulation d’un marché en croissance, met librement à disposition des consommateurs son comparateur indépendant de complémentaires santé jusqu’au 31 décembre 2015.

Site que Choisir.org 6/10/2015

 

7 octobre 2015

Les agences de voyages résistent au Web !

A l’heure où tout est possible via internet, au-delà du contact humain, quelle est la plus-value que peut nous apporter une agence de voyages physique ? L’UFC-Que Choisir de la Sarthe a sollicité ses enquêteurs bénévoles afin qu’ils se rendent en agences de voyages pour obtenir conseils et devis pour un court-séjour à l’étranger.

Les enquêteurs se sont rendus, de façon anonyme, dans 13 agences de voyages de la Sarthe, du 17 au 31 janvier 2015, afin d’évaluer la qualité des conseils donnés. Pour remplir cet objectif, ils devaient recueillir diverses informations et faire établir un devis écrit pour un séjour à Rome de deux personnes (plus de 25 ans et moins de 65 ans), du samedi 11 juillet au mercredi 15 juillet 2015. Ils indiquaient qu’ils souhaitaient partir d’un aéroport parisien, être logés dans un hôtel (équivalant 3 étoiles françaises, petit-déjeuner inclus) situés près du centre historique de la ville. Le budget maximal était de 1000 €.

Toutes les agences de voyages étaient concernées, qu’elles soient indépendantes ou affiliées à un réseau (Sélectour, Havas Voyages, Leclerc Voyages…). Volontairement, les agences de voyages spécialisées pour les groupes, les séjours linguistiques, les séjours pour handicapés…, n’ont pas été analysées pour ne pas les pénaliser car elles ont une autre spécificité.

 Les résultats de l’enquête

Sur le plan national, le bilan est positif. Les résultats sont corrects et homogènes. Les agences ont respecté le budget de 1000 € pour 2 personnes, le montant moyen des devis variant de 845 € à 981 €. La moyenne nationale est de 901 €.

La Sarthe se situe au-dessus de ces tarifs avec une moyenne de 957 €. La moins chère est Carrefour Voyages avec un devis à 767 €, suivi de Nouvelles Frontières Le Mans pour 813 €. Les plus chères sont Club Med avec un devis à 1250 € et Marmara pour un montant de 1232 €.

A partir d’Internet, l’équipe de Paris a composé le même séjour à Rome que celui soumis aux agences. Au bout de 30 minutes,  le moins coûteux revenait à 616 € (un niveau de tarifs proposés par quelques agences en France) et l’offre la plus coûteuse à 1051 €. Par conséquent, pour ce type de séjour, le Web n’est pas forcément plus intéressant.

Pour les 13 agences évaluées en Sarthe, nos enquêteurs ont jugé l’accueil très bon pour 12 et moyen pour l’agence Robin située à Sablé- sur-Sarthe. Le conseil est « bon » pour toutes les agences.

Quant à l’hébergement, très peu d’agents de voyages ont informé les enquêteurs que la norme italienne est un peu inférieure à la norme française. La moitié des agents ont montré l’emplacement géographique de l’hôtel à nos clients.

Nos conseils :

– Bien vérifier les horaires proposés car ils peuvent faire perdre de précieuses heures sur place. La plupart des agences ont proposé des horaires cohérents avec notre demande, mais  certaines avaient retenu un vol faisant arriver à Rome le samedi en fin de journée et un retour  à Paris le mercredi matin ! L’aéroport de départ est à vérifier aussi. A certains, il a été proposé,  pour bénéficier de tarifs attractifs, un départ de « Paris-Beauvais » ! (sur les résultats nationaux). L’information sur le transfert aéroport/hôtel n’est donnée de façon systématique que dans 1/3 des cas.

– Concernant le nombre de bagages en soute : le consommateur devra être vigilant, car depuis l’apparition des compagnies Low Cost, l’acheminement d’un bagage en soute n’est plus forcément inclus dans le prix du billet et les agents de voyage ne donnent pas  systématiquement  cette information.

– L’assurance voyage ne doit pas être pré-cochée systématiquement par l’agent de voyage.

 Les petits plus !

Certains agents ont poussé l’information en donnant des indications sur le climat dans la région à la date de départ prévue, de bonnes adresses de restaurants ou encore les sites à visiter ou des  idées de ballades. Certains ont aussi proposé des formules de 48 heures (type Pass) pour les différents sites touristiques. D’autres  mentionnent  la nécessité de disposer de papiers d’identité à jour pour réaliser le voyage.

Ces petits plus qui ne peuvent être apportés (ou plus difficilement) lorsque l’on construit son voyage soi-même sur Internet.

 En conclusion

Malgré la concurrence d’Internet, les points de vente ont encore de l’avenir. Même si les consommateurs cherchent de nombreuses informations sur le Web, ils restent nombreux à se rendre en agence, pour conclure leur projet. Ne pas hésiter toutefois, à demander un devis et à bien le relire.

 Pascale Besnard, responsable enquêtes de l’UFC-Que Choisir de la Sarthe

 

 

 

22 juin 2015

Terminus, tout le monde descend  ou quand la SNCF manque de considération pour ses usagers !

20150602_103037Notre adhérent M. B. emprunte en gare Montparnasse, le 14 octobre 2014, le TER  n° 16781, en direction de la Ferté-Bernard. En raison de travaux, le TER s’arrête en gare de Chartres où  M. B. doit alors prendre un autocar.

Surprise : celui-ci s’arrête à  Nogent-le-Rotrou son terminus ! Il est 23h30 et la SNCF ne propose aucune solution pour rejoindre la Ferté-Bernard. Pour terminer son trajet, M. B. n’a d’autre solution que d’emprunter un taxi pour un coût de 69,70 €.

Sa demande de remboursement des frais de taxi au service clientèle de la SNCF ayant été rejetée, notre adhérent nous a confié la défense de son dossier.

Après un nouveau refus de la SNCF, notre conseiller litiges dépose une réclamation auprès du médiateur de la SNCF. Devant les faits, celui-ci propose le remboursement des 69,70 €. Notre adhérent est satisfait et remercie l’UFC-Que Choisir de la Sarthe pour son intervention. ¡

 Commission litiges de l’UFC-Que Choisir de la sarthe

 

22 juin 2015

Gaz et électricité : au rapport !

Entre le rapport annuel du médiateur national de l’énergie et le bilan de l’ouverture à la concurrence des marchés du gaz et de l’électricité publié par la Commission de régulation du secteur, l’énergie fait la une de l’actualité depuis quelques jours.

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a ouvert le bal en présentant le bilan de l’ouverture des marchés du gaz et de l’électricité à la concurrence sur le 1er trimestre 2015. Si le marché de l’électricité reste à 90 % dominé par les tarifs réglementés d’EDF, la CRE souligne en revanche l’accélération du passage à la concurrence pour le gaz naturel. Seuls 65 % des usagers sont encore au tarif réglementé chez GDF Suez, rebaptisé Engie depuis peu. 17 % sont restés chez ce fournisseur historique, mais en offre de marché, ce qui n’est d’ailleurs pas la meilleure option comme le prouve notre comparateur énergie. Surtout, 18 % des ménages sont désormais sous contrat avec un fournisseur alternatif.

Un succès qui doit beaucoup à l’opération Gaz moins cher ensemble de l’UFC-Que Choisir. D’abord par ses 60 000 nouveaux souscripteurs, qui ont bénéficié du tarif le plus bas du marché et d’un contrat très protecteur, expurgé de toutes les clauses abusives si nombreuses chez les opérateurs de l’énergie. Mais aussi par l’émulation que Gaz moins cher ensemble a créée. À l’annonce du résultat, -13 % TTC sur le prix du kWh, la concurrence s’est aussitôt exacerbée. À la suite du lauréat Lampiris, plusieurs fournisseurs de gaz ont joué la baisse, les offres à prix compétitif se sont multipliées. C’est tout bénéfice pour les consommateurs.

Bilan mitigé, litiges à la hausse : lire la suite sur quechoisir.org

22 juin 2015

Factures rétroactives d’électricité : au tour d’EDF

Alors que les factures rétroactives de GDF Suez ont suscité beaucoup d’incompréhension chez les usagers du gaz, c’est désormais EDF qui s’y met pour les factures d’électricité.

Vous avez été très nombreux à vous étonner de recevoir une facture rétroactive de GDF Suez portant sur les consommations de gaz du 3e trimestre 2011 et des 3e et 4e trimestres 2012. Pour surprenante et désagréable qu’elle soit, cette réclamation était malheureusement tout à fait légale, comme nous l’expliquions.

Depuis peu, c’est EDF qui envoie à son tour une facture rétroactive. Là encore, malheureusement, cette réclamation est fondée en droit. Il faut à nouveau payer.

Lire la suite sur quechoisir.org

Actualités UFC-Que Choisir du 6 mai 2015

8 mai 2015