UFC-QUE CHOISIR DE LA SARTHE

Sarthe

Le bio : oui mais où ?

Que vous soyez un consommateur aguerri ou juste curieux à propos de l’alimentation issue de l’agriculture biologique, la carte ci-dessous pourra vous aider à trouver le bon distributeur bio et sarthois.

En Sarthe, nous comptons actuellement 39 points de distribution biologiques. Différents distributeurs existent, d’une part les magasins spécialisés adhérant au réseau Biocoop ou Biomonde. D’autre part, vous trouverez les AMAP (Associations pour le Maitien d’une Agriculture Paysanne) et les Ruches (La Ruche qui dit Oui!).

Les dirigeants des AMAP et des Ruches décident de proposer ou non des produits bio. Leur objectif premier est de proposer une consommation locale voire régionale. Ils peuvent travailler avec des producteurs bio.

/!\ ATTENTION : Pour les AMAP et les Ruches, vous devez passer commande avant de récupérer les produits que vous désirez. Pour plus d’informations, vous pouvez contacter les responsables de ces organismes.

Retrouvez un distributeur proche de chez vous

 Cliquez sur la carte  ci-dessous !

Les distributeurs bio en SarthePour trouver le distributeur le plus proche de chez vous, vous pouvez vous aider de la carte. Ou bien rechercher votre adresse et vous aider du zoom. Si vous avez simplement une journée de disponible, vous pouvez faire une recherche telle que « mercredi » et toutes les distributions ayant lieu le mercredi s’afficheront dans la barre de recherche. A noter que les magasins spécialisés sont ouverts à la semaine. Vous pouvez choisir de n’afficher qu’une seule catégorie, par exemple « AMAP » en décochant les deux autres afin qu’ils n’apparaissent plus sur la carte.

 

Marie Chevalier, stagiaire communication

 

2 février 2018

Le bio en Sarthe : utopie ou réalité ?

Le bio en Sarthe : utopie ou réalité ?

Le bio continue d’attirer de nouveaux consommateurs, neuf français sur dix ont consommé des produits issus de l’agriculture biologique durant l’année précédente, et sept sur dix en consomment régulièrement *. En 2016, le bio c’est 32 264 producteurs (+12% par rapport à 2015), qui induisent en tout 118000 emplois, le chiffre d’affaire c’est plus de 7 milliards d’euros, soit une augmentation de 21,7%.

Mais qu’en est-il pour les consommateurs sarthois ? Sont-ils également touchés par cette nouvelle tendance du marché ? Pourquoi une telle évolution ? Sommes-nous en train de modifier durablement nos habitudes de consommation ? Pour sauvegarder un environnement fortement menacé ? Pour protéger notre santé ?

L’UFC-Que Choisir de la Sarthe a besoin de ces réponses pour mieux vous représenter et vous défendre.

Ainsi, nous vous invitons à répondre à notre questionnaire (avant le 4 février) en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://goo.gl/forms/4SsJkOLqEw5Yr5KX2

* D’après une étude menée par l’Agence Bio et le CSA en janvier 2017

Marie Chevalier, stagiaire communication

2 février 2018

ACCES AUX SOINS : l’aggravation de la fracture sanitaire dans la Sarthe

Quatre ans après un premier état des lieux de l’accès aux soins dans notre département, l’UFC – Que Choisir de la Sarthe présente aujourd’hui les résultats d’une étude exclusive qui montre l’aggravation des déserts médicaux et la progression des dépassements d’honoraires sur notre territoire. Les résultats commune par commune sont disponibles gratuitement sur www.quechoisir.org.

Pour saisir la réalité vécue par les usagers du système de santé de notre territoire, l’accès aux soins doit être abordé conjointement dans ses deux dimensions : géographique et financière. C’est pourquoi notre étude porte sur l’offre exhaustive de médecins de ville de quatre spécialités (généralistes, ophtalmologistes, gynécologues et pédiatres), sur tout le département, en tenant compte de leur niveau de tarif le plus fréquent.

Déserts médicaux : la situation continue à se dégrader

Dans notre département, l’accès aux médecins libéraux devient de plus en plus compliqué. Ainsi, depuis 2012, 49 % des Sarthois ont vu leur accès géographique aux médecins généralistes reculer. Et cet élargissement des déserts médicaux concerne davantage encore les spécialistes : 84 % de la population du département ont vu se réduire leur accès aux pédiatres, 75 % aux ophtalmologues, et même 73 % pour les Gynécologues .

Conséquence de cette évolution, en 2016, c’est 12 % de la population qui vit dans un désert médical pour l’accès aux généralistes, et jusqu’à 39 % pour les pédiatres.

Dépassements d’honoraires : un frein supplémentaire à l’accès aux médecins spécialistes

Quand on trouve un médecin, encore faut-il avoir les moyens de le consulter. C’est là que la problématique des dépassements d’honoraires prend toute son importance, notamment pour les usagers pas ou peu couverts par leur complémentaire santé, pour qui l’offre médicale disponible se réduit fortement.

Si les médecins généralistes pratiquent peu dépassements d’honoraires, ils sont en cours de généralisation chez les spécialistes. Ainsi, si l’on considère l’accès aux ophtalmologistes, ce sont 89 % des Sarthois qui peinent à trouver un médecin au tarif de la sécurité sociale (contre 25 % pour le seul aspect géographique).

Une carte interactive gratuite pour connaître les résultats de votre commune

Décidée à alerter les usagers et les pouvoirs publics sur la dégradation inacceptable de l’accès aux soins dans notre territoire, l’UFC – Que Choisir met à disposition gratuitement sur son site internet www.quechoisir.org la carte interactive de la fracture sanitaire, pour que chacun puisse vérifier l’accès aux soins de sa commune, pour tout le département, selon le tarif maximal toléré.

Au vu de ces éléments, l’UFC – Que Choisir appelle les pouvoirs publics à tirer les leçons des échecs passés, et à mettre (enfin !) en œuvre une politique ambitieuse pour garantir l’accès de tous à des soins de qualité. C’est pourquoi l’UFC – Que Choisir de la Sarthe demande aux parlementaires du département d’intervenir pour mettre en place :

  • la fermeture de l’accès au secteur 2 : les effets délétères du secteur 2 (dépassements d’honoraires libres) ne sont plus à prouver. Le Contrat d’accès aux soins (dépassements encadrés) ne pourra produire ses effets que s’il cesse d’être facultatif, pour devenir le substitut du secteur 2 dont l’accès doit être fermé.
  • un conventionnement sélectif des médecins : toute nouvelle installation dans un territoire où l’offre est surabondante ne doit pouvoir se faire qu’en secteur 1 (sans dépassements d’honoraires), ce qui permettra une meilleure répartition géographique des médecins.

Pierre Besnard, responsable santé – UFC-Que Choisir de la Sarthe

1 juillet 2016