UFC-QUE CHOISIR DE LA SARTHE

RADON

L’UFC-Que Choisir de la Sarthe vous informe sur le Radon : report de la réunion de restitution des résultats

L’UFC-QUE CHOISIR de la Sarthe protège votre santé par la défense de vos droits au sein du système de santé mais également par l’organisation d’actions à caractère préventif.

Cette année, en coopération avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), la Direction Régionale pour l’Environnement, l’Aménagement et le Logement (DREAL) et le Conseil régional des PAYS DE LA LOIRE, nous avons débuté une action de sensibilisation sur la qualité de l’air intérieur des logements.

Une réunion d’information sur le risque RADON a eu lieu, en concertation avec la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe en novembre 2019. L’objectif de cette réunion était d’informer sur le risque RADON : comment l’évaluer d’une manière simple et peu coûteuse, et en cas de présence importante, comment éviter sa concentration. Nous avons proposer gratuitement aux participants de cette rencontre, en fonction du type de leur habitat, un kit afin de mesurer chez eux le niveau de radon.

Pour les participants à la première réunion, une nouvelle réunion était programmée mercredi 1er avril afin de restituer les résultats des mesures de radon dans les habitations des consommateurs à qui il a été donné des dosimètres lors de la première réunion d’information du 13 novembre dernier 

En raison des mesures actuelles de protections sanitaires cette réunion est reportée à une date ultérieure.

Nous vous tiendrons informés dès qu’il sera possible de reprogrammer cette réunion.

Pierre Guillaume, responsable environnement de l’UFC-Que Choisir de la Sarthe


Le Radon dans les PAYS DE LA LOIRE
L’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a classé la communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe ainsi que les communes proches, en Sarthe et en Mayenne, avec un potentiel de risques particuliers, moyens ou élevés.
Le radon est un gaz inodore, incolore, insipide, mais radioactif, qui se dégage de la croûte terrestre, en particulier des sols granitiques. A l’air libre, il ne présente aucun risque pour la santé. Par contre, dans des espaces clos (sous-sol, cave de maison, rez-de-chaussée d’immeubles), il peut atteindre des concentrations élevées, susceptibles de présenter un risque pour la santé. Ainsi, l’exposition au radon est la deuxième cause de risque de cancer du poumon, après le tabagisme.

e

14 mars 2020

Le radon : un vrai problème de santé publique peu connu

Le gaz radon est un réel danger : il est responsable de cancers du poumon. Nous avons tous intérêt à mesurer sa présence, et au besoin s’en protéger.

Le radon, un gaz dangereux qui peut s’infiltrer dans le logement

Incolore, inodore et indétectable, le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle. Il est produit par la désintégration de l’uranium et du radium présents dans la croûte terrestre. Il se diffuse rapidement dans l’air et est sans effet pour notre santé. Mais, quand il s’infiltre dans un espace clos comme un sous-sol ou une cave, il peut s’accumuler et atteindre des concentrations susceptibles de poser un risque pour notre santé. En effet, il est classé cancérogène pulmonaire certain depuis 30 ans par le Centre International de Recherche sur le Cancer.  Il est le second facteur de risque du cancer du poumon, derrière le tabac. On lui impute jusqu’à 3 000 décès par an !

La France est découpée en 3 catégories de communes selon le niveau du « risque Radon ». Le niveau 3 correspond au risque le plus élevé. Pour savoir quel est le niveau de votre commune, consultez la carte inactive sur le site quechoisir.org, ou sur le site internet de l’Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire sur le site www.irsn.fr.

Dans la Sarthe, 11% des communes sont classées en catégorie 3 !

On les trouve sur la bordure ouest, qui correspond à la fin du massif Armoricain : régions de Sablé-sur-Sarthe, de Sillé-le-Guillaume et de Fresnay-sur-Sarthe.

Le fait d’être dans une commune classée en niveau 3 ne signifie pas obligatoirement que l’habitation est touchée par le « risque Radon », et inversement. Des surprises ont été observées. Il faut donc effectuer des mesures.

Des mesures à réaliser, des actions pour se protéger

Des dosimètres sont en vente soit sur internet (ex. Santé Radon, Dosirad, Criirad), soit en pharmacies. Ces dispositifs sont de petits appareils à usage unique. Ils sont à placer pendant 2 mois, en hiver de préférence, un dans une pièce de vie, un autre en sous-sol et un 3° dans une chambre. Ils sont ensuite envoyés dans un laboratoire spécialisé qui les analyse et vous informe des résultats. Le prix moyen est de 45 € le kit de 3, analyse incluse.

Des dispositions doivent ensuite être prises en fonction de la teneur en radon mesurée. Cette teneur s’exprime en Becquerel/m3. Le bon seuil est celui qui est le plus bas possible.

En dessous de 300 Bq/m3, et c’est la majorité des cas, il faut aérer son logement 2-3 fois 10 min chaque jour, surtout en hiver.

De 300 à 1000 Bq/m3, du radon pénètre de manière significative dans votre logement à partir du sous-sol et l’aération est insuffisante. Il faut donc colmater les entrées de radon dans le logement(fissures, passages autour de gaines…) avec utiliser du mastic. Un voile peut être placé entre le sous-sol et les pièces de vie pour empêcher la montée du radon et le bloquer. D’autre part, il est nécessaire de vérifier que la ventilation fonctionne bien, de nettoyer les entrées d’air… Après ces actions, il faut mesurer à nouveau la teneur en radon pour savoir si elles ont été efficaces.

Au-dessus de 1000 Bq/m3, il faut faire appel à un spécialiste.

Les actions de l’UFC-Que Choisir concernant le risque Radon

Depuis plusieurs années, notre association sensibilise et informe sur la qualité de l’air à l’intérieur des logements. Ces actions sont réalisées en partenariat avec l’ARS* et la DREAL* dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement.

Notre association organisera une réunion d’information sur le radon, avec distribution gratuite de dosimètres, à Sablé-sur-Sarthe, fin 2019. 

Important !

Depuis le 1er juillet 2018, pour la vente comme pour la location, le risque Radon doit être signalé à l’acheteur ou au futur locataire, c’est-à-dire lorsque la commune est classée en niveau 3. Mais aucun diagnostic n’est exigé.

Pierre Guillaume, responsable environnement

 

 

 

3 décembre 2018