UFC-QUE CHOISIR DE LA SARTHE

Auto / Moto, Commerce, Environnement / Energie, Transports

Questions à se poser avant d’acheter un véhicule électrique

Avec plus de 176 000 voiture immatriculées en Europe en 2021, l’électrique s’impose comme une alternative sérieuse à l’essence  et au diesel. Voici un article qui vous permettra d’y voir plus clair sous la forme de questions-réponses.

1 ) Le point sur l’autonomie réelle du véhicule que l’on convoite

Il est important de définir son besoin d’autonomie de son véhicule, car les bornes de recharge sont moins nombreuses que les stations services de carburant et leurs puissances sont très variables.

Les constructeurs indiquent l’autonomie de leurs véhicules suivant le protocole d’homologation WLTP  (Worldwide Harmonised Light vehicles Test Procedure) au sein de l’union Européenne et l’autonomie annoncée est donc théorique.

Pour connaître l’autonomie réelle espérée, il faut prendre la capacité de la batterie et la diviser par une consommation électrique qui se situe entre 15 et 20 KW pour une conduite normale.

Pour Exemple : Un véhicule équipé d’une batterie de 82 KW mais utilisable à 77 Kw dispose d’une autonomie théorique de : 77 Kw : 18 = 427 km. Néanmoins pour un bon usage de la batterie et pour éviter sa rapide détérioration les constructeurs préconisent de ne pas descendre la charge en dessous de 20 % de la capacité de la batterie, ni de charger celle-ci à plus de 80 %. Il ne reste donc plus que 60 % de capacité utile soit : 60 % de 427 Km = 256 Km.

Exceptionnellement pour un long trajet et de façon épisodique, il est possible d’utiliser 100 % de la batterie et de descendre à 10 % de charge soit 90 % de charge utile, ce qui amène à une autonomie de 90% X 77 Kw = 69,3 Kw : 18 = 385 Km.

En conclusion, il est important de bien définir l’autonomie que l’on attend de son véhicule et ne pas se référer aux données commerciales des constructeurs, qui pour l’exemple cité est annoncée pour une autonomie de 530 Kilomètres dans les publicités.

2 ) Opter pour des équipements indispensables, faute de quoi l’autonomie sera amputée

Pour un véhicule équipé d’un moteur thermique, c’est le moteur qui lors de son fonctionnement monte en température et permet à l’habitacle du véhicule d’être chauffé.

Pour un véhicule électrique il est impératif de posséder une pompe à chaleur qui va éviter si le véhicule n’en est pas pourvu d’actionner des résistances électriques qui vont puiser leurs ressources sur les batteries. La pompe à chaleur va consommer de l’électricité mais en quantité nettement moindre, ce qui évitera d’amputer l’autonomie du véhicule.

Un toit ouvrant sera utile les mois d’été afin de bénéficier d’une température agréable dans l’habitacle par la captation de l’air frais lors du déplacement du véhicule et évitera une consommation électrique supplémentaire par l’entrainement du compresseur de climatisation.

3 ) L’abonnement à un service de recharge pour bornes

Les constructeurs, à la livraison du véhicule vous proposent leurs services pour que vous puissiez recharger votre véhicule sur les bornes publiques. Bien souvent la première année, l’abonnement est gratuit. La deuxième année, différents services sont proposés, à titre gratuit, mais le coût de recharge au KW est plus élevé, ou service payant mensuel ou annuel en contrepartie d’une réduction du coût de la recharge.

Plusieurs sociétés sont présentes sur ce marché elles proposent différents services payants en fonction de l’usage et des besoins en énergie et en fonction du kilométrage que vous estimez parcourir annuellement.

4 ) Comment pouvoir recharger son véhicule électrique 

Il est important d’avoir à son domicile la possibilité de recharger son véhicule, pour cela il y a plusieurs possibilités, suivant le type d’habitat dans lequel vous logez.

A  – Premier cas en appartement ou en maison individuelle

S’il s’agit d’une construction récente postérieure au 1 janvier 2012, au moins 10 % des places de stationnement doivent être équipées avec des bornes de recharge pour les immeubles collectifs.

Pour les constructions plus anciennes depuis le 1 janvier 2015, il faut réclamer au syndic de copropriété par lettre recommandée avec AR l’installation d’une recharge, pour véhicule électrique si la résidence dispose d’un parc de stationnement clos et couvert. Cette demande doit être accompagnée d’un descriptif détaillé et d’un schéma de l’installation. Le coût reste à la charge du demandeur, qu’il soit propriétaire ou locataire et la demande doit être discutée en assemblée générale. Les copropriétaires ne peuvent pas s’opposer à l’installation d’une borne de recharge dans l’immeuble. Attention néanmoins si vous êtes locataire un accord du propriétaire est nécessaire.

Deux types d’installations peuvent être installés, d’une part : Une prise de courant renforcée, elle est conçue pour recevoir un courant de charge atteignant 14 à 16 ampères, le coût d’installation se situe aux environs de 400 euros, d’autre part, la borne murale de type « Wallbox », installation recommandée par les constructeurs automobiles, du fait d’une intensité plus importante et d’une sécurité accrue, avec un temps de recharge diminué. Son coût d’installation s’élève entre 1200 et 1500 € environ.

Pour couvrir ces investissements, les particuliers bénéficient d’un crédit d’impôt de 30% avec un maximum de 300 € au titre de la transition énergétique. En copropriété, une aide complémentaire via le dispositif ADVENIR, couvre jusqu’à 50% du coût avec un maximum de 600 € pour un usage individuel et 1300 € pour un usage collectif. Le montant grimpe respectivement à 960 € et 1660 € en cas d’installation d’un système de pilotage énergétique.

B – Deuxième possibilité, les bornes sur la voie publique ou grandes surfaces.

Sur la voie publique ou pour les grandes surfaces, plusieurs types de bornes sont proposées en fonction de la puissance délivrée. Leurs puissances varient de 3 à 43 KW en triphasé pour les prises COMBO et 50 KW et plus pour les prises COMBO CCS.

Plus la borne délivre de puissance moins le temps de recharge est important. Pour connaître le temps de recharge, il faut diviser la capacité de la batterie à recharger par la puissance délivrée par la borne de recharge.

Sur certaines grandes surfaces le coût de la recharge est gratuite, cela incite le consommateur à se rendre dans ces lieux, les autres bornes sont payantes et le coût est différent d’une borne à une autre en fonction de la politique commerciale de la société qui en a la gestion. Avant de recharger il est important de consulter sur les applications les tarifs proposés qui sont facturés à la minute, au KW rechargé etc.

5 ) Quel est le coût de revient d’un véhicule électrique 

Le coût de revient en électricité pour un véhicule électrique se situe de 1,80 € à 2,50 € pour 100 kilomètres parcourus. Sachant qu’un véhicule thermique consommant 6 litres pour 100 Km reviendra à 6 X 1,50 = 9 euros soit une économie substantielle d’environ 6,50 € au 100 Km, soit 650 € annuel pour un automobiliste parcourant 10000 Km à l’année.