UFC-QUE CHOISIR DE LA SARTHE

70ème anniversaire

70 ans d’actions : nos combats passés et futurs

Créée en 1951, doyenne des associations de consommateurs d’Europe occidentale, l’UFC-Que Choisir fête cette année ses 70 ans sur le thème de la Consommation responsable.

Sa mission : informer, conseiller et défendre les consommateurs

L’UFC-Que Choisir en quelques chiffres

140 000 adhérents pour 140 associations locales, animées par 4 000 bénévoles

600 000 abonnés aux médias de l’association (magazines et site Internet)

675 000 lecteurs/mois pour Que Choisir

60 millions de visiteurs uniques sur le site Internet

700 000 abonnés à la lettre d’information hebdomadaire numérique

3 000 produits testés chaque année

5 000 points de vente visités pour des enquêtes de terrain

3 775 donateurs qui ont versé en moyenne 46,30 € pour financer les outils de demain

 

Un peu d’histoire

Depuis sa création l’UFC-Que Choisir mène de grandes batailles en matière d’environnement (pollution des plages en 1970) et de qualité alimentaire (boycott du veau aux hormones en 1980)

L’association s’est toujours engagée en faveur de la sécurité et de la santé des consommateurs (étude sur le marché des médicaments en 2007, organisation du système de soins en 2010). Très impliquée au début des années 90 dans le dossier de la « vache folle », elle demande en 1997 la traçabilité et l’étiquetage de la viande bovine. Elle s’attache aussi à informer les consommateurs sur les dangers pour la santé de certains aliments ou produits (le sel caché dans les aliments en 2001, les excès de sucre en 2003.

Elle alerte sur les substances dangereuses dans les désodorisants en 2004…) et lance en 2018, son application Quelcosmétic pour choisir de façon éclairé ses produits cosmétiques

Elle dénonce l’impunité de l’industrie agroalimentaire dans son harcèlement marketing à destination des enfants (influence de publicité sur le comportement alimentaire des enfants 2010). Elle mène campagne en 2019, pour l’obligation de l’affichage du Nutriscore sur les emballages alimentaires.

D’autre part, l’UFC-Que Choisir mène des offensives contre les dérives des prix en grandes surfaces (dénonçant le manque de concurrence dans les zones de chalandises en 2008) dans le secteur bancaire (repoussant les chèques payants en 1986, s’attaquant à l’explosion de la tarification de leurs services ou à la captation de l’argent dû aux consommateurs, assurance-emprunteur 2007).
Elle alerte les consommateurs contre les risques d’envolées tarifaires liés à la libéralisation des marchés de l’énergie (2007-2011) et dénonce l’inflation du nombre de litiges liés aux erreurs de facturation (2010).

En 2020, elle lance une pétition pour l’interdiction du démarchage téléphonique qui recueille 450 000 signatures.

Avec l’arrivée des Technologies d’Information et de Communications (TIC), l’UFC-Que Choisir défend les consommateurs lésés par les opérateurs de téléphonie, plaide pour une tarification transparente et « à la seconde » en 2002, dénonce l’absence de concurrence et les prix exorbitants des SMS (en 2004) et organise la réparation des victimes de l’entente des opérateurs mobiles en 2006. En 2018, elle obtient l’arrêt de la surfacturation roaming pour les opérateurs.

Elle s’engage en 2006 dans une alliance public-artistes pour protéger l’accès à la diversité culturelle et les données personnelles dans l’univers numérique et poursuit ce combat à l’occasion de la loi Hadopi. En 2014, elle lance la pétition «Je garde la main sur mes données ». En 2019, elle obtient la condamnation de Google et Facebook pour clauses abusives.

De longues dates, elle œuvre pour l’instauration en France d’une procédure d’action de groupe permettant d’obtenir en un seul procès et sans difficulté l’indemnisation de toutes les victimes de litiges de masse. Elle lance en 2014, la première action de groupe contre Foncia.

Et maintenant

Une loi pour une consommation responsable

En juin 2020, l’UFC-Que Choisir lance 17 propositions pour une consommation plus sobre, plus juste, plus responsable.

Le but : donner aux consommateurs les moyens de connaître la réalité de ce qu’ils achètent, et d’apprécier l’incidence globale de leurs actes d’achat (y compris le mode de distribution) sur l’environnement et la santé et à lutter contre toute régression de leurs droits.

L’objectif : Construire avec les consommateurs la loi pour une consommation responsable.

  • pour investir dans la prévention tous azimuts dans le domaine de la santé et consolider notre système sanitaire
  • pour aller vers une sobriété consumériste
  • pour reconstruire notre autonomie d’approvisionnement pour les biens essentiels
  • pour une consommation qui crée des liens, qui ait du sens et qui soit reconnectée à l’environnement local
  • pour une société du numérique sécurisée et accessible à tous
  • pour défendre les consommateurs affectés par les crises sanitaire et économique
  • pour l’’impérative inclusion de la société civile dans les choix de politique publique
  • pour le prix vert

Retrouvez les 17 propositions ici

 UFC-Que Choisir de la Sarthe